Bras dessus bras dessous, aidons nos voisins âgés à sortir de leur isolement

L’entraide dans le quartier se traduit progressivement par une augmentation des projets sociétaux. Elle est au cœur de l’initiative de quartier « Bras dessus Bras dessous », qui a vu le jour il y a deux ans à Forest. Le projet crée et coordonne des réseaux de quartier solidaires, au sein desquels se mélangent les générations et les cultures.

Comment agir contre l’âgisme ?

Connaissez-vous le terme « âgisme » ? Il désigne la discrimination et les stéréotypes systématiques dont les personnes âgées sont victimes. L’âgisme est un thème de recherche dans les sciences sociales, mais il s’agit avant tout d’un problème sociétal comparable au racisme et au sexisme. L’âgisme n’épargne quasiment personne, alors que le racisme est plus virulent à l’égard de certaines origines ethniques et que le sexisme concerne principalement un seul des genres.

Ces dernières années, différents programmes ont été mis sur pied afin de s’attaquer à ce problème. L’Organisation mondiale de la Santé a ainsi lancé en 2007 les « Villes-amies des aînés ». Dans ces villes, l’environnement direct des personnes âgées est adapté à leurs besoins et des dispositions en faveur du vieillissement actif[1] sont prises. En d’autres termes, les personnes âgées bénéficient, en guise de garantie de leur bien-être, d’un soutien maximal sur les plans de la participation, de la sécurité et des soins de santé. La notion d’environnements favorables aux personnes âgées est également à l’ordre du jour du Gouvernement flamand. Dans sa note de politique générale intitulée « Politique flamande en faveur du troisième âge 2014-2019 » (Vlaams Ouderenbeleid 2014-2019), il avance l’argument selon lequel ce type d’environnement constitue une solution pour lutter contre l’isolement croissant des personnes âgées.

La Région wallonne est la première à avoir inscrit cet encadrement politique à son programme. C’est la raison pour laquelle elle a lancé en 2010 le plan « Bien vivre chez soi ». Ce plan prévoit une série de mesures spécifiques de soutien aux personnes âgées afin que celles-ci puissent bénéficier plus longtemps d’une aide à domicile. Ce n’est que plus tard que le Gouvernement flamand a emboîté le pas à la Région wallonne. Dans sa note de politique générale intitulée « Politique flamande en faveur du troisième âge 2014-2019 », les « environnements favorables aux personnes âgées » constituent un élément déterminant de la lutte contre l’isolement croissant des personnes âgées. La Région de Bruxelles-Capitale a quant à elle élaboré le « Masterplan Woonzorg Brussel 2014-2020 », un plan dans lequel elle met surtout l’accent sur un quartier dont les habitants prennent soin des personnes âgées.

Tous les programmes ont un point commun : le fait de mettre l’accent sur l’entraide dans le quartier – la collaboration à petite échelle et la proximité à l’échelon du quartier. Un quartier dans lequel les personnes se sentent bien et ont la possibilité d’établir des contacts sociaux, mais également dans lequel elles peuvent bénéficier d’une aide directe et d’un accompagnement en cas de besoin. Les habitants du quartier se retroussent les manches. Ils s’entraident, mais ils y sont encouragés par le monde politique. L’idée ? Rendre les personnes âgées plus « fortes » et améliorer leur environnement plutôt que de mettre en avant leur dépendance.

Bras dessus Bras dessous

Bras dessus Bras dessous est un pas concret vers l’entraide dans le quartier. Cette organisation sans but lucratif veut impliquer activement les seniors dans la société. Elle entend sortir les personnes âgées qui vivent encore chez elles de leur isolement en sollicitant l’aide du quartier, et donc de bénévoles et voisins.

Faire des courses, arroser les plantes, tenir compagnie… Les bénévoles et les voisins offrent chaque semaine quelques heures de leur temps pour rendre service à un habitant du quartier vulnérable ou à mobilité réduite. Ils veillent également à ce que les personnes âgées isolées s’intègrent dans le réseau de quartier en leur indiquant les personnes qui sont prêtes à leur donner un coup de main (de manière formelle ou informelle) ainsi qu’en les impliquant dans les activités qui ont lieu dans le quartier.

Un projet pilote est en cours à Forest. Les personnes âgées seules peuvent faire appel à l’organisation et sont alors invitées à dresser la liste de leurs besoins spécifiques. L’organisation se met ensuite à la recherche de solutions. Comment ? Elle associe chaque personne qui les contacte à un autre habitant du quartier qui répond au « profil de voisinage » recherché et organise une rencontre entre les deux voisins.

Chaque geste compte

Chaque voisin qui rejoint ce réseau de soutien mutuel bénéficie de la formation et de l’accompagnement nécessaires pour pouvoir remplir au mieux son rôle. Le degré d’implication d’une personne dans le réseau dépend fortement de ses disponibilités et préférences. Les tâches sont variées : aller faire des courses, faire la conversation, etc.

« Mes parents sont eux-mêmes âgés et j’ai conscience des problèmes qu’ils rencontrent au quotidien. Ce qui rend Bras dessus Bras dessous unique ? Cette association tisse un réseau autour des personnes âgées. Nous leur rendons de petits services qui nous demandent peu de temps, mais qui – pour eux – peuvent réellement faire la différence »

, explique Cédric, volontaire pour Bras dessus Bras dessous.

Céline Rémy, qui est à l’origine de l’initiative, insiste sur le fait que l’objectif n’est pas seulement de rompre la solitude des personnes âgées, mais également de créer de nouveaux liens entre voisins de différentes générations grâce à un réseau solidaire. L’objectif est de favoriser la cohésion sociale au sein du quartier, car le quartier et les services rendus à ses habitants sont indissociables.

[1] L’expression « vieillissement actif » désigne non seulement le fait d’aider les personnes âgées à rester physiquement actives, mais également de les aider à continuer à participer à la vie sociale, économique, culturelle, spirituelle et civile. Ce raisonnement part de l’idée que les personnes âgées peuvent apporter une contribution active à leur famille, leur entourage et leur communauté.